Screaming Bloody Murder

30 Mar

Je me souviens encore de la première fois ou j’ai entendu Hell Song. Je découvrais les  joies du téléchargement illégal, de Kazaa d’une intro et d’un solo qui résonnent encore régulièrement dans mes oreilles. L’ado que j’étais commençait à peine à s’intéresser à autre chose que ce que Skyrock lui proposait. Sum 41 est le groupe que j’écoute depuis le plus longtemps, en découle alors l’importance que je donne à chaque sortie d’album des Canadiens.

Screaming Bloody Murder, est leur sixième album et sans doute un des plus attendus, certains fans attendant la rédemption après un décevant et redondant Underclass Hero à leurs gout. Coupons tout de suite cours au suspens, la plupart d’entre vous ont de toute façon pu d’ores et déjà écouter ce nouvel opus qui, à mon sens, constitue belle et bien un renouveau et non une rédemption. Car rédemption il n’y avait pas lieu d’être. Underclass Hero mena à Screaming Bloody Murder. Pourquoi ? Car qu’on le veuille ou non, la façon d’écrire du groupe à changé depuis cet album, le départ de Dave Baksh et le mariage d’Avril Lavigne et Deryck Whibley, leader du groupe,  étant passés par là. Le prédécesseur de Screaming Bloody Murder nous a donc ouvert les portes d’une écriture plus intime de la part du leader du groupe aux 11 ans de carrière. Seulement voilà, l’homme à changé, sa vie personnelle également et aux sonorités pop-entraînantes d’un mariage remplissant l’artiste de bonheur laisse maintenant place à un album, plus mature que pouvait l’être Chuck, à la sonorité et aux lyrics très noires exprimant la rage et la tristesse qu’ont sans doute pu causer son divorce.

Pour les rares s’intéressant encore un tant soit peu à l’ex compagne de Deryck, il est intéressant de faire un rapprochement entre les deux dernières productions de nos ex-mariés et de leurs formations. Leur relation ayant directement influé sur celles ci. Prenons donc Underclass Hero et The Best Damn Thing, deux album aux sons tels qu’on aime les entendre l’été, aux mélodies catchy, profondément punk rock dans leurs arrangements. L’amour est ses bienfaits…

 » If This Is Goodbye, Forever’s Just A Lie. « 

Un divorce plus tard et chacun nous sortent, une nouvelle fois, un album quasiment en même temps, Goodbye Lullaby dernier disque d’Avril Lavigne, est un recueil de chansons d’amour malheureux dont What The Hell est très peu représentatif. La tendance est a la plainte, sans vraiment de profondeur dans les textes, mais ce qui nous intéresse ici c’est sans doute le changement de tonalité soudain, que l’on retrouve également dans Screaming Bloody Murder. Cependant malgré la noirceur qui se dégage de l’album, il émane des paroles, non de la plainte, mais plutôt de la rage, de la résignation et sans doute beaucoup d’acceptation. Dans mon interprétation, sans doute à la va vite, je vois une certaine maturité dans la façon de Derrick d’accepter les choses, là ou je ne vois que de la simple complainte dans l’album de la belle canadienne. La tristesse peut être tellement bénéfique à la musique quand elle est bien utilisée. Lavigne reste la muse de Whibley. Et grâce à tout cela Screaming Bloody Murder contient une âme, chose que je n’avais auparavant jamais trouvé dans un album de Sum 41.

 » What A Way To Become a Man « 

Le disque est puissant dés les premières notes, Reason To Believe pose directement les bases du CD, alternant riffs imposant, mélodies au piano avec une homogénéité déconcertante. On constatera rapidement les progrès fait par Whibley au niveau vocal, alternant  tout ce qu’il avait pu faire jusque ici. Scumfuck et Screaming Bloody Murder sont sans doutes des singles en puissance mais l’album ne vend pas son âme au travers de ces deux titres et ils suivent parfaitement la tonalité qui donne tant de substance à ce disque. Vous vivrez sans doute un moment intense la première fois que vous écouterez A Dark Road Out Of Hell, combinaison des 3 chansons Holy Image Of Lies, Sick Of Everyone, Happiness Machine formant cette pièce épique de 12 minutes à travers laquelle j’ai pu ressentir l’aboutissement artistique de la bande de l’Ontario. Crash vous touchera ensuite directement au coeur, balade poignante ou la voix de Derrick aura rarement atteint ce niveau de justesse.L’album vous surprendra également avec les très rock’n roll Baby You Don’t Wanna Know et Time For You To Go. Qui aurait cru Sum 41 capable de nous sortir des titre de ce genre il y a quelques années ? Pas même moi.

Les chansons ne se ressemblent pas et chacune va chercher ses influences. Ne vous étonnez pas si vous retrouvez certains phrasés de Muse, Queen ou même d’Oasis. Après s’être copieusement plagié pour Underclass Hero. Derrick décide de s’inspirer de ce qu’il y’a de mieux et ça ne sera pas pour nous déplaire. Et malgré de nombreuses variations l’album reste très propre, ne versant pas dans le surplus ou le confus, l’outil magique qu’est le studio a été utilisé a merveille,  encore une signe de la maturité artistique qu’a atteint le groupe.

Les Kids écoutant Sum 41 parce que c’est cool et rebelle ne placeront pas Screaming Bloody Murder comme leur album de Sum 41 préféré mais plutôt Does This Look Infected ? ou All Killer No Filler, souvenirs d’une époque révolue. Quant aux puristes, adeptes du style Heavy du groupe, ils ne placeront pas non plus Screaming Bloody Murder en 1er mais plutôt Chuck. Mais pour ceux comme moi, qui ont grandi avec Derrick, Cone, Stevo et Dave, pour ceux comme moi qui ont du mal à devenir les hommes que le monde voudrait qu’ils soit, et qui ont besoin chaque jour d’une chose en laquelle croire pour se lever, pour ceux là Screaming Bloody Murder est de loin le meilleur album de Sum 41.

Screaming Bloody Murder. Canada, 2011. De Sum 41, produit par Deryck Whibley. 48m 38.

Critique de Jay Bird.

Publicités

3 Réponses to “Screaming Bloody Murder”

  1. Jérem' 11 avril 2011 à 11:29 #

    Je pense qu’on a la même perception de cet album. Lorsqu’on connait le groupe, qu’on a suivi leur histoire, on ne peut qu’être fier d’eux en écoutant Screaming Bloody Murder. Très bonne critique.

    • Jay Bird 11 avril 2011 à 5:12 #

      Je te remercie, ça me conforte de voir qu’un fan partage ma perception.

      • AFTER FALL 12 avril 2011 à 7:23 #

        Je la partage aussi cette vision 😉 le prochain album on se l’écoutera ensemble aussi ! Au passage l’intro de skumfuck t’entend des notes de piano disonnante en fond et sur la song TIME FOR YOU TO GO Cone se plante royalement à 2min41… Bizarre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :